Antitrust Letter #6

antitrust-letter

The « Antitrust Letter » is a new monthly series of articles written in french and english by founding member Thibault Schrepel. Each month’s release will analyze major changes within United States antitrust law and legal precedents, whilst contrasting and occasionally drawing parallels to European antitrust legal issues.

« Antitrust Letter » est la nouvelle chronique mensuelle du Concurrentialiste rédigée par Thibault Schrepel, l’un des membres fondateurs de la revue. Chaque nouveau numéro aura pour objet d’étudier les événements marquants liés au droit de la concurrence américain. Publiée en français et en anglais, cette lettre sera également l’occasion d’établir une étude comparative avec le droit européen de la concurrence.

Antitrust Letter #6 PDF : here

——————–

Table of contents / Sommaire

American Airlines et US Airways: take off
American Airlines et US Airways : vous pouvez décoller

New control of drug patent rights under the HSR Act
Les transferts de brevets pharmaceutiques sous le HSR Act

Apple v. Samsung: the second patent trial of the Century
Apple v. Samsung : le deuxième procès du Siècle

Microsoft and Nokia: 2000’ leaders for a partial merger
Microsoft and Nokia : deux leaders des années 2000 pour une fusion partielle

Google Books: culture is « fair use »
Google Books : culture est « fair use »

——————–

(English version) American Airlines et US Airways: take off

On 12 November 2013, the DoJ authorized a merger between American Airlines and US Airways. The new airline company will be the largest in America (1). The two original companies had to make several commitments to obtain this authorization. They agreed to give away 138 slots and several boarding gates. Seven airports are affected by these commitments (2), including La Guardia, Reagan National and Logan Airport. Baer, Assistant Attorney General for the United States Department of Justice, pointed out that Southwest acquired 36 slots at  Liberty International Airport (Newark) after the Continental and United Airlines merger in 2010. This created non-stop service between 6 cities, introduced many new flight connections, and reduced prices by 10 times. The hunting season to obtain these slots and boarding gates is well underway (3).

Let us note that many analyses on this merger ‘forgot’ (4) to emphasize the financial issues of American Airlines. In a recent New York Times paper (5), David Gillen suggested that because « less competition is usually bad for consumers », the merger wasn’t justified. However, increased competition was precisely the reason why the DoJ agreed to the merger, in an effort to avoid a situation where US Airways would be left alone against giants Delta and United. US Bankruptcy Judge Lane filed his confirmation of American Airlines’ reorganization plan, proving these intentions. Many analyses also ‘forgot’ to acknowledge that on 15 October 2013, 68 Democratic Senators signed a letter asking President Obama to authorize the merger between the two airline companies, and that on 23 October 2013 seven mayors requested that General Advocate Eric H. Holder Jr. agree to the operation (6).

Several antitrust specialists expressed surprise at the decision. For instance, Professor Hemphill from Columbia Law School said that the way the DoJ complaint was formulated suggested that the operation would be totally prohibited (7). Others, like Professor Hovenkamp, emphasized that concessions obtained by the DoJ were the best the government could get.

(French version) American Airlines et US Airways : vous pouvez décoller

Le 12 novembre 2013, le DoJ a autorisé la fusion entre American Airlines et US Airways. La nouvelle compagnie aérienne sera ainsi la plus grande de tout le réseau américain (1). Afin d’obtenir l’autorisation du DoJ, les deux compagnies aériennes ont dû prendre plusieurs engagements, dont la cession de 138 créneaux de décollage et d’atterrissage, ainsi que l’abandon de plusieurs portes d’embarquements. Sept aéroports sont concernés (2), dont La Guardia, Reagan National et Logan Airport. Baer, Assistant Attorney General for the United States Department of Justice, a souligné que suite à la fusion de 2010 entre Continental et United Airlines, Southwest avait acquis 36 créneaux à l’aéroport Liberty International Airport de Newark, créant ainsi un service non-stop avec 6 villes et de nombreuses autres connexions ce qui avait engendré une baisse du prix d’environ 10% sur de nombreuses destinations. La chasse à l’obtention de ces créneaux et portes d’embarquement est bien lancée (3).

A titre plus analytique, notons que de nombreuses analyses qui ont fleurit sur la décision du DoJ ‘oublient’ (4) d’évoquer les problèmes financiers que connaît actuellement American Airlines. Dans un récent article du New York Times (5), David Gillen a par exemple dénoncé la fusion entre les deux sociétés, défendant le fait que « moins de concurrence est généralement mauvais pour le consommateur ». Or, c’est précisément l’une des raisons de ce pour quoi le DoJ a finalement autorisé la fusion, afin d’éviter qu’American Airlines disparaisse, laissant US Airways face aux deux géants que sont Delta et United. Preuve en est que le Juge Lane, en octobre dernier, a confirmé le plan de réorganisation proposé par les deux sociétés. Ces analyses ne mentionnent pas non plus la lettre signée par les 68 sénateurs démocrates à destination du Président Obama demandant à ce que la fusion entre les deux compagnies aériennes soit autorisée, ni même la demande des sept maires du 23 octobre faite à l’Avocat Général Eric H. Holder Jr. afin que ce dernier donne son accord à la réalisation de l’opération (6).

Plusieurs spécialistes du droit de la concurrence ont toutefois exprimé leur surprise à l’annonce de la décision du 12 novembre dernier. A titre d’exemple, Professeur Hemphill de la Columbia Law School a affirmé que la façon dont la plainte du DoJ était formulé laissé entendre que l’opération serait purement et simplement interdite (7). D’autres, comme Professeur Hovenkamp, ont jugé que les concessions obtenues par le DoJ était ce qu’il pouvait obtenir de mieux.

————

(English version) New control of drug patent rights under the HSR Act

On 6 November 2013, the FTC finalized amendments to HSR pre-notification rules. These amendments were created in order to clarify situations in which transfers of pharmaceutical patents are notified under the HSR Act of 1976.

A new rule is now established: all transfers of exclusive pharmaceutical patent rights are potentially notifiable, even when the patent owner retains some of the production rights or any other co-exclusive exploitation rights (for instance, the right to co-develop or co-commercialize the final product). In short, every transfer where significant commercial patent rights are transmitted will now be notifiable.

Before the new amendments, pharmaceutical patent transfers were not notifiable if the patent owner retained rights to produce the final product. The PNO (« Premerger Notification Office of the FTC ») considered these transfers to be distribution agreements that went beyond merger control rules.

New operations are now included within the HSR Act scope. However, HSR concentration thresholds remain. Therefore, patent transfers need to be notified if one party of the transaction has $141.8 million or more in annual sales or total assets and the other has at least $14.2 million, or if, as a result of the transaction, the buyer will acquire or hold voting securities or assets from the seller that are valued at more than $70.9 million.

(French version) Les transferts de brevets pharmaceutiques sous le HSR Act

Le 6 novembre dernier, la Federal Trade Commission a finalisé ses amendements aux règles de pré-notification des concentrations. Ces amendements viennent clarifier les situations dans lesquelles le transfert de brevets pharmaceutiques devra être notifié en conformité au Hart-Scott-Rodino Antitrust Improvements Act de 1976.

Une nouvelle règle est ainsi établie : tout transfert exclusif de brevets pharmaceutiques est potentiellement notifiable, et ce même lorsque le propriétaire du brevet conservera certains droits de fabrication ou autres droits d’exploitations co-exclusifs (par exemple, le droit de co-développer ou co-commercialiser le produit final). En somme, sera notifiable tout transfert de brevets où les « droits commerciaux signifiants » seront effectivement transmis.

Précédemment à l’adoption de ce nouveau corps de règle, les transferts de brevets pharmaceutiques n’étaient pas notifiable lorsque le propriétaire du brevet conservait le droit de fabriquer le produit final. Le PNO (« Premerger Notification Office of the FTC« ) considérait ces accords comme étant des accords de distribution qui n’intéressaient pas le droit des concentrations.

Si de nouvelles opérations entrent ainsi dans le champ du HSR Act, notons toutefois que les seuils de concentration du HSR demeureront applicables à cette matière. Ainsi, l’opération devra être notifié si l’ensemble des actifs ou des ventes nettes d’une des parties à la transaction dépasse 141,8 millions de dollars et que ceux de l’autre partie dépasse 14,2 millions de dollars, à moins que l’opération en elle-même ne dépasse la limite de 283,6 millions de dollars, auquel cas la notification sera nécessairement obligatoire. Elle le sera également si, à l’issue de l’opération en cause, l’acheteur obtient du vendeur un intérêt majoritaire évalué à plus de 70,9 millions de dollars.

————

(English version) Apple v. Samsung: the second patent trial of the Century

In August 2012 (8), a Northern District of California jury condemned Samsung to pay $1.05 billion to Apple for a violation of several patents. In March 2013 (9), the Court ordered a reduction of the fine by $410 million. On 21 November 2013 (10), a new jury decided that Samsung must give an additional $290 million to Apple. The final fine can be read as follows: $639 million plus $290 million for a total of $929 million.

The new decision reaffirmed the fact that Samsung had violated 5 of Apple’s patents, impacting 13 products (11). After the former decision condemning Samsung for patent violations, the latest hearings were mainly focused on how to calculate the ultimate fine. Apple illustrated the prejudice the company suffered by showing clear resemblances between Samsung cellular devices and it’s own products. Samsung argued that it’s own devices were popular due to characteristics other than those under Apple’s patents (screen size, for example). Furthermore, Samsung illuminated the fact that the USPTO was still verifying the validity of Apple’s patents,   thus preventing a violation decision.

A new trial will open in between the two companies in March 2014, following a complaint filed by Apple in February 2012 (12). Apple alleges that Samsung has violated some recent patents, notably with the Galaxy S III that recorded more sells than Apple’s iPhone. The patent war between the two is just beginning.

(French version) Apple v. Samsung : le deuxième procès du Siècle

En août 2012 (8), un jury de la Cour du Northern District of California avait condamné Samsung à payer 1,05 milliard de dollars à Apple pour violation de plusieurs de brevets de téléphones mobiles. En mars (9), il avait été ordonné une réduction de la sanction à hauteur de 410 millions de dollars. Le 21 novembre dernier (10), un nouveau jury a finalement accordé 290 millions de dollars supplémentaires à Apple. Le montant de la sanction finale se lit donc comme suit : 639 millions de dollars auxquels s’ajoutent 290 millions pour un total de 929 millions de dollars.

Cette nouvelle décision en date du 21 novembre réaffirme la condamnation de Samsung pour violation de cinq des brevets d’Apple inclus dans treize de ses produits (11). Après deux décisions ayant condamné Samsung pour avoir violé les brevets d’Apple, ces nouvelles audiences se sont plus grandement portées sur le calcul de l’amende. Afin d’en déterminer le montant, Apple mettait en avant l’important préjudice dont la société avait souffert à travers la ressemblance des Smartphones Samsung et des siens, tandis que Samsung arguait que ses téléphones avaient enregistré un nombre très important de ventes en raison d’autres caractéristiques que celles contenues dans les brevets d’Apple (tel que la taille de l’écran). Par ailleurs, Samsung soutenait qu’en raison des procédures engagées devant par l’USPTO afin de vérifier la validité des brevets en jeu, une décision ne pouvait être prise.

Il est à noter qu’un nouveau procès s’ouvrira entre Apple et Samsung en mars 2014 suite à une plainte déposée par Apple en février 2012 (12). Apple allègue une violation par Samsung de plusieurs de ses brevets plus récents. Est particulièrement visé le Smartphone Galaxy S III de Samsung qui s’est vendu à plus d’exemplaires que l’iPhone d’Apple. La guerre des brevets entre ces deux géants a encore de beaux jours devant elle.

————

(English version) Microsoft and Nokia: 2000’ leaders for a partial merger

Two world tech leaders of the 2000s just obtained authorization from both America and Europe to merge part of their activities: Microsoft is buying Nokia’s mobile devices activity (13).

The DoJ gave unconditional authorization for this partial merger on 29 November 2013 (14). The European Commission did the same on 4 December 2013 (15). Both decisions were made on similar grounds, stressing two points : (i) the moderate size of the two companies on the phone market, and (ii) the presence of massive competitors (Apple and Samsung).

The transaction that was revealed on 3 September 2013 and approved by 99% of Nokia shareholders should be finalized during the first quarter of 2014. Nokia is selling it’s phone activity for $7.3 billion.

(French version) Microsoft and Nokia : deux leaders des années 2000‘ pour une fusion partielle

Deux des leaders du secteur des nouvelles technologies des années 2000’ ont obtenu l’autorisation des autorités américaine et européenne de concurrence de fusionner une partie de leurs activités : Microsoft prendra le contrôle de l’activité mobile de Nokia (13).

Le DoJ a rendu le premier sa décision d’autorisation sans engagement le 29 novembre 2013 (14). La Commission européenne a emboîté le pas le 4 décembre dernier (15). Ces deux décisions trouvent des fondements communs, dont principalement la taille relative des deux accords sur le marché des téléphones mobiles ainsi que la présence de concurrents importants (notamment Apple et Samsung).

La transaction qui avait été révélée le 3 septembre dernier et approuvée par 99% des actionnaires de Nokia  devrait être finalisée au début de l’année 2014. En contrepartie de la vente de son activité (ainsi que des brevets liés), Nokia empochera la somme de 7,3 milliards de dollars.

————

(English version) Google Books: culture is « fair use »

To conclude Antitrust Letter #6, let us talk about an IP related decision that marked November. After a trial of more than 8 years, the legality of Google Books was finally pronounced on 14 November 2013 (16) by Judge Chin.

The decision contains some very interesting elements. Judge Chin pointed out five benefits garnered from the existence of Google Books:

  • « First, Google Books provides a new and efficient way for readers and researchers to find books.
  • Second, in addition to being an important reference tool, Google Books greatly promotes a type of research referred to as ‘data mining’ or ‘text mining’
  • Third, Google Books expands access to books. In particular, traditionally underserved populations will benefit as they gain knowledge of and access to far more books
  • Fourth, Google Books helps to preserve books and give them new life
  • Finally, by helping readers and researchers identify books, Google Books benefits authors and publishers. »

For these reasons, and by applying fair use analysis, Google Books is now officially legal. This decision earned major support from the university world.

(French version) Google Books : culture est « fair use« 

Pour conclure cette Antitrust Letter #6, revenons sur une décision relevant du domaine de la propriété intellectuelle qui aura marqué le mois de novembre. Après plus de huit années de procès, la légalité de Google Books vient d’être jugée. Le 14 novembre 2013 (16), le juge Chin a en effet prononcé un jugement en faveur de Google qui aura emporté l’adhésion générale (ou presque).

Les développements que contient cette décision sont très intéressants. Le juge Chin a en effet relevé cinq bénéfices à l’existence Google Books :

  • Le fait qu’il facilite les recherches d’ouvrages ;
  • Le fait qu’il améliore les recherches de données ;
  • Le fait qu’il étende l’accès aux ouvrages qu’il contient ;
  • Le fait qu’il permette de conserver ces ouvrages dans le temps ;
  • Le fait qu’il permette aux auteurs et éditeurs d’améliorer la visibilité de leurs ouvrages.

Pour toutes ces raisons et en application de la règle du fair use, l’existence de Google Books vient officiellement d’être légalisée, ce qui n’a pas manqué d’emporter un engouement massif du monde universitaire sur les réseaux sociaux.

 

Antitrust Letter #6 PDF : here

 

———————————— Footnotes / Notes de bas de page

  • (1) D. MOSS, « Delivering the Benefits? Efficiencies and Airline Mergers », AAI White Paper, 21 November 2013: link
  • (2) Justice Department Requires Us Airways And American Airlines To Divest Facilities At Seven Key Airports To Enhance System-Wide Competition And Settle Merger Challenge: link
  • (3) J. MOUAWAD, « Southwest Buys Takeoff Slots at La Guardia », NYT, 5 December 2013: link
  • (4) THE EDITORIAL BOARD, « An Unwise Airline Merger », NYT, 13 November 2013: link
  • (5) J. STEWART, « Baffling About-Face in American-US Airways Merger », NYT, 15 November 2013: link
  • (6) Antitrust Letter #5: link
  • (7) J. STEWART, « Baffling About-Face in American-US Airways Merger », NYT, 15 November 2013: link
  • (8) Apple-Samsung jury verdict of 24 August 2012: link
  • (9) March 2013 order by Judge Lucy Koh (Northern District of California) on damages in Apple v. Samsung (case no. 11-cv-01846): link
  • (10) 21 November 2013, Apple v. Samsung Limited Damages Retrial Jury Verdict: link
  • (11) “Retrial jury awards Apple $290 million, total damages in case against Samsung: $929 million”, Foss Patents, 21 November 2013: link
  • (12) 8 February 2012, United States District Court Northern District of California, Apple v. Samsung: link
  • (13) A. LAWSON, « DOJ Approves Microsoft’s $7B Nokia Mobile Buy », Law360, 2 December 2013: link
  • (14) FTC, Microsoft Corporation; Nokia Corporation , 29 November 2013: link
  • (15) European Commission, Commission clears acquisition of Nokia’s mobile device business by Microsoft, 4 December 2013, IP/13/1210: link
  • (16) United States District Court Southern District Of New York, The Authors Guild v. Google, 14 November 2013: link

Une réflexion sur “Antitrust Letter #6

  1. Pingback: Antitrust Letter #12 | Le Concurrentialiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s