Les fonds souverains de brevets : course à l’armement

Cet article est un résumé de celui paru au
Journal of World Economics,
« Towards a Global Patent Arms Race » (lien)

La version originale est disponible
via GenerationLibre (lien)

———
Télécharger la version PDF à ce lien
———

Les patent trolls(1) sont souvent présentés comme l’ultime fléau de la propriété intellectuelle. Oui mais voilà, depuis quelques mois, une tendance plus dévastatrice encore prend désormais vie au sein de nos gouvernements : la création de patent trolls publics. Ces entités, que nous qualifierons de fonds souverains de brevets, recréent tous les risques liés aux patent trolls privés en y ajoutant celui d’une course à l’armement entre États. C’est désormais à celui qui achètera le plus de brevets et qui se montrera le plus offensif !

Les fonds souverains de brevets sont pour l’heure majoritairement développés en Europe et en Asie. Le gouvernement chinois a créé le sien en 2014 et il le présente comme un outil prééminent de sa stratégie géopolitique. Taïwan, le Japon et la Corée sont également entrés dans le jeu. Dans le même temps, le gouvernement français est particulièrement actif, que ce soit au niveau national ou européen. Ce dernier a d’ores et déjà créé deux fonds souverains de brevets et il milite pour la création d’un fonds européen.

L’objectif affiché de l’ensemble de ces fonds souverains est de lutter contre d’autres fonds étrangers ainsi que d’initier des actions en justice dans le but de « défendre » les sociétés nationales. En réalité, ces fonds souverains sont nocifs pour l’innovation et le consommateur. Il est urgent d’engager une lutte multidimensionnelle contre ce nouveau monstre de la propriété intellectuelle.

Lire la suite

Antitrust Letter #23

antitrust-letter

The “Antitrust Letter” is a monthly series of articles written in french and english by founding member Thibault Schrepel. Each month’s release analyzes major changes within United States antitrust law and legal precedents, whilst contrasting and occasionally drawing parallels to European antitrust legal issues.

« Antitrust Letter » est la chronique mensuelle du Concurrentialiste rédigée par Thibault Schrepel, l’un des membres fondateurs de la revue. Chaque nouveau numéro a pour objet d’étudier les événements marquants liés au droit de la concurrence américain. Publiée en français et en anglais, cette lettre est également l’occasion d’établir une étude comparative avec le droit européen de la concurrence.

Antitrust Letter #23 PDF: here

————————————

Table of contents / Sommaire

Commissioner Wright on the rule of reason for reverse payment settlements
Le commissaire Wright s’exprime sur la règle de raison en matière d’accord de report d’entrée

The US Court of Appeals for the Eleventh Circuit confirmed the McWane decision on exclusive agreements
La Cour d’appel du 11ème circuit confirme la décision McWane en matière d’accords d’exclusivité

Commissioner Wright’s intervention on the subject of disruptive innovations
Le commissaire Wright fait une intervention sur le sujet des innovations de rupture

The FTC’s obtain a Disgorgement Agreement for $26.8 million
La FTC obtient un accord dit de « disgorgement » à hauteur de 26,8 millions de dollars

————————————

Follow us on Twitter (@leconcurrential)
Suivez-nous sur Twitter (@leconcurrential)

Lire la suite

La doctrine Colgate et les alternatives aux accords de prix de revente imposés (Jarod Bona)

Cet article a été écrit et publié sur le site Internet de Jarod Bona, The Antitrust Attorney (lien)
Sa traduction a été effectuée par Morgan Carbonnel créateur du Concurrentialiste

The original english version of this article follows the french one.

————————

Le sujet des prix de revente imposés est l’un de ceux qui agitent le plus la doctrine et qui, dans le même temps, intéressent le plus les entreprises. Ainsi, les entreprises veulent avant tout savoir à quelle condition il est possible, pour les fournisseurs ou les producteurs, de déterminer ou de participer à la fixation des prix pour les détaillants et distributeurs avals.

La fixation d’un prix de revente imposé suscite tant d’interrogations pour deux raisons : Premièrement, il s’agit d’un domaine touchant un nombre relativement élevé d’entreprises, qu’elles soient consommateurs, fournisseurs ou détaillants. Deuxièmement, le droit est, sur ce point précis, déroutant, confus et parfois même contradictoire. Pour ceux qui souhaiterait de plus amples précisions sur la fixation des prix de revente imposés, n’hésitez pas à vous reporter à cet article sur l’affaire Leegin et le droit fédéral de la concurrence ici et celui sur la fixation des prix de revente en matière de droit étatique de la concurrence ici.

Dans cet article, nous traiterons des alternatives à la fixation des prix de revente imposés pouvant atteindre des objectifs similaires pour les constructeurs ou les fournisseurs.

Lire la suite

Antitrust Letter #22

antitrust-letter

The “Antitrust Letter” is a monthly series of articles written in french and english by founding member Thibault Schrepel. Each month’s release analyzes major changes within United States antitrust law and legal precedents, whilst contrasting and occasionally drawing parallels to European antitrust legal issues.

« Antitrust Letter » est la chronique mensuelle du Concurrentialiste rédigée par Thibault Schrepel, l’un des membres fondateurs de la revue. Chaque nouveau numéro a pour objet d’étudier les événements marquants liés au droit de la concurrence américain. Publiée en français et en anglais, cette lettre est également l’occasion d’établir une étude comparative avec le droit européen de la concurrence.

Antitrust Letter #22 PDF: here

————————————

Table of contents / Sommaire

Maureen K. Ohlhausen calls for greater humility of regulators
Maureen K. Ohlhausen appelle à plus d’humilité en matière de régulation

The FTC modifies its Rules of Practice
La FTC modifie ses « Rules of Practice »

On the uncertainty of FTC’s integrity during its Google deal
Mise en doute de l’intégrité de la FTC dans son affaire Google

Debbie Feinstein supports the use of the Section 5 of the FTC Act
Debbie Feinstein défend l’utilisation faite de la Section 5 du FTC Act

————————————

Lire la suite

The Scholar Edition: « China Antitrust Review 2014 and Perspectives for 2015 and Beyond »

Download the article over here

This article was written by Nathalie Boué, lawyer and professor at Temple University Beasley School of Law (Tokyo, Japan campus) and Sorbonne-Assas International Law School (Singapore campus).

ABSTRACT (in english):

The liberalization of the Chinese economy started in 1978 with the “Open Door Policy” initiated by Deng Xiaoping and lately accelerated with the adoption of the first Anti-Monopoly Law (“AML”). The law was adopted in August 2007 and came into effect on August 1, 2008. The AML is the first comprehensive law entirely relating to competition issues and providing a specific regulatory framework for Mainland China’s antitrust law regime.

In this regard, the AML can be seen as a strategic element in the process of transformation of China’s legal landscape with the conscious goal of the Chinese authorities to set up in the country a — relatively — free and fair competitive environment among the operators doing business in China or contemplating doing it. The purpose of the law is to protect a healthy market competition mechanism from any distortion but it is noteworthy mentioning that the aim of the law is also to “promote the healthy development of socialist market economy” (Article 1). China definitely remains a socialist market economy with its own characteristics.

The AML assigns three institutions with the task of monitoring competition and market order in China: the Ministry of Commerce (“MOFCOM”) is responsible for reviewing merger control cases and business concentrations, the National Development and Reform Commission (“NDRC”) is responsible for price-related conducts (agreements and abuses of market dominance) and the State Administration for Industry and Commerce (“SAIC”) is responsible for non-price related conducts. In addition with these government agencies, the intermediate courts can also examine the private civil liability of any business operator engaged into a monopolistic behavior infringing the AML.

This article examines the significant developments for the Chinese antitrust law regime that took place in 2014 and explores the perspectives for 2015.

Despite the fact that the implementation of the AML is still in its infancy, the decisions released in 2014 by the three antitrust enforcement agencies together with the China’s Supreme People Court raise fears that the AML might be used as a tool of industrial policy in order to protect domestic companies or force foreign operators to lower their prices or royalties with their Chinese licensees.

In addition, the foreign business community and practitioners have expressed their growing concerns regarding the lack of fairness of the investigating methods and the aggressive raids reportedly targeting the foreign subsidiaries in China over the last months.

The latest decisions and the on-going investigations carried out by the enforcement agencies should convince the foreign operators to follow thoroughly the antitrust law developments and the necessity for them to comply with this new legal environment in China. Given this context, it is clear today that almost seven years after the AML came into effect, China has become a major antimonopoly jurisdiction with its antitrust agencies gaining more experience and improving their ability to handle complex and high profile cases. The foreign business operators cannot ignore this anymore.

_______________

ABSTRACT (in french):

La libéralisation de l’économie chinoise a débuté en 1978 avec la reforme dite de « la Porte Ouverte » initiée par Deng Xiaoping et a récemment connu un tournant avec l’adoption de la première loi anti-monopole (« AML »). Cette loi, adoptée en Août 2007, est entrée en vigueur le 1er Août 2008. Première loi entièrement dédiée aux questions de concurrence, l’AML définit un cadre réglementaire spécifique pour les comportements anti-concurrentiels en Chine Continentale.

Lire la suite